Club des Connoysseurs

22 décembre 2008

Le « Club du suicide », plus fort que le Kéno ?

Publié par dvinatier dans Non classé

 

L’ennui mène à tout, surtout aux idées morbides. Deux hommes en font l’expérience un soir dans Le Club du Suicide, une nouvelle de R. L Stevenson. Le prince de Bohême Florizel et un de ses amis, le colonel Geraldine, traînent dans l’existence sans la goûter vraiment. Leur condition aristocratique et la période à laquelle ils vivent leur interdisent la joie de goûter au Kéno. Qu’importe, pour jeu de hasard il leur est proposé un divertissement moins subtil et plus brutal par un inconnu qui cerne leur ennui, au détour d’une conversation sur la vente de tartes à la crème. Il s’agit de devenir membre d’un club fermé, au sens strict du terme. Une fois dedans, on désigne une victime et un exécuteur lors des sessions extraordinaires. Tout cela, entre gentilshommes. Méfiez-vous donc de toute personne qui aurait le projet de vous vendre des pâtisseries.

Laisser un commentaire

Ma bulle d'air |
graphiland |
ce que j'ai à dire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Magui Chazalmartin
| Sébastien Japrisot
| Lire avec moi