Club des Connoysseurs

22 décembre 2008

Portrait d’un tueur lettré

Publié par dvinatier dans Non classé

Gilles de Rais, maréchal de France au service de Jeanne d’Arc, aurait pu rester dans l’histoire nationale pour sa geste militaire. Pourtant, c’est au titre de premier tueur en série qu’il reste présent dans la mémoire collective. Là-bas, de J. K. Huysmans, présente cette figure sombre, en évoquant parallèlement les tendances au démonisme apparues à la fin du XIXe siècle. Un écrivain tente d’écrire une biographie sur Gilles de Rais, homme aux multiples visages, tous reconnus en son temps : guerrier, lettré, tueur d’enfants.

 

« Tu y crois si bien à ces idées-là, mon cher, que tu as abandonné l’adultère, l’amour, l’ambition, tous les sujets apprivoisés du roman moderne, pour écrire l’histoire de Gilles de Rais-et, après un silence, il ajouta : -je ne reproche au naturalisme ni ses termes de pontons, ni son vocabulaire de latrines et d’hospices, car ce serait injuste et ce serait absurde ; d’abord, certains sujets les hèlent, puis avec des gravats d’expressions et du brai de mots, l’on peut exhausser d’énormes et de puissantes oeuvres, l’ Assommoir, de Zola, le prouve ; non, la question est autre ; ce que je reproche au naturalisme, ce n’est pas le lourd badigeon de son gros style, c’est l’immondice de ses idées ; ce que je lui reproche, c’est d’avoir incarné le matérialisme dans la littérature, d’avoir glorifié la démocratie de l’art ! »

Laisser un commentaire

Ma bulle d'air |
graphiland |
ce que j'ai à dire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Magui Chazalmartin
| Sébastien Japrisot
| Lire avec moi